· 

[Critique] Big Fish & Begonia (Liang Xuan et Chun Zhang)

Par Leiline (Sofia Mahtallah) | Correction par Leiline et Em’ | Mise en page par Leiline (avec l'aide de Jojo Tout Cour)

© BI AN TIAN (Beijing) CULTURE CO., LTD., BEIJING ENLIGHT PICTURES CO., LTD., HORGOS COLOROOM PICTURES CO., LTD.
© BI AN TIAN (Beijing) CULTURE CO., LTD., BEIJING ENLIGHT PICTURES CO., LTD., HORGOS COLOROOM PICTURES CO., LTD.

Une adolescente est jetée dans une aventure fantastique et dangereuse après s'être transformée en dauphin. Quand un garçon se sacrifie pour la sauver, elle utilise de la magie pour le ramener à la vie et découvre qu'il y a un prix à payer.


En 2016, Liang XUAN et Chun ZHANG faisaient leurs débuts dans le cinéma avec BIG FISH & BEGONIA. Près de quatre ans plus tard, c’est avec ce même film d’animation que je décide de me lancer dans la rédaction d’une critique pour Studio JM Production.


⚠️Vous vous apprêtez à poser le pied sur la barque qui va faire basculer vos destins. Départ imminent vers des eaux situées au-delà de notre espace-temps ! ⚠️


À l’origine du film : un gros poisson 🐟

Surprenant, n’est-ce pas ? D’autant plus qu’on parle ici d’un gros poisson aperçu dans un rêve au cours de l’année 2004. 

 

Cette année-là est particulière pour Liang XUAN et Chun ZHANG. En effet, les deux amis se préparent à tourner un court-métrage dans le cadre d’un concours qui vise à faire la publicité d’une boîte mail afin de gagner 80 000 yuans. 

 

C’est alors que Liang XUAN fait un rêve : celui d'un petit poisson qui grandit et devient extrêmement gros. En se réveillant, il raconte son rêve à Chun ZHANG, futur co-réalisateur de BIG FISH & BEGONIA, et ce dernier est conquis par cette idée. 

Dans une interview donnée par Le Monde bien plus tard, il raconte que le petit poisson qui devient gros devait symboliser la métaphore du volume que pouvait contenir la messagerie. 

 

En 2004 donc, les deux amis réalisent un court-métrage d'animation de sept minutes qui est aux prémices de BIG FISH & BEGONIA. Il y est question d’une petite fille qui recueille un baleineau et le garde dans une tasse, mais seulement dans un premier temps. Car le baleineau grandit, devient ensuite une baleine, et continue de grandir à un tel point qu’à la fin, seul le ciel est en capacité de l'accueillir. 

 

Si la publicité de Liang XUAN et Chun ZHANG remporte le score le plus élevé, l’entreprise de boîte mail pour qui ils ont tourné le court-métrage ne leur donne pas la somme promise. Pendant trois ans, les deux amis ont traîné l’entreprise en justice afin d’obtenir gain de cause. Ce n’est qu’à la fin de toutes ces péripéties qu’ils prennent la décision de faire de leur court-métrage un long-métrage, qui a mis douze ans avant de voir le jour. 

 

Dans la croyance populaire, rêver d’un gros poisson est un présage de succès. Et étant donné que BIG FISH & BEGONIA a été le succès local de l’année 2016, puis présenté l’année suivante au Festival international du film d’animation d’Annecy, avant d’être finalement diffusé sur Netflix en 2018, on peut dire que ce présage s’est concrétisé pour les deux amis. 


Un Orient de rêve ou un rêve d’Orient 🀄

Renversant. C’est le mot qui me vient immédiatement à l’esprit lorsque je pense aux images de BIG FISH & BEGONIA. On est littéralement on-ne-sait-où. Complètement désorienté. Quelque part où l’océan et le ciel s’unissent et se confondent. C’est visuellement très impressionnant et beau à la fois. À certains moments, on a l’impression d’être dans l’ODYSSÉE DE PI d’Ang LEE… Oserais-je dire même qu’on peut avoir l’impression d’être dans un film d’animation de MIYAZAKI ? 

 

Toujours est-il que BIG FISH & BEGONIA est une œuvre qui a un caractère onirique à n’en pas douter. Après tout, elle est issue d’un rêve. Mais il y a autre chose qui confère au long-métrage cet aspect fantasmagorique : la culture traditionnelle chinoise

 

C’est là sa force. Liang XUAN et Chun ZHANG célèbrent la Chine, l’une des plus anciennes civilisations du monde, et ce, sans “s'occidentaliser”.

Cela se retrouve à plusieurs niveaux dans les images de BIG FISH & BEGONIA. À titre d’exemple l’architecture des édifices, les habits des personnages, leurs noms…

Le folklore chinois modèle plusieurs personnages selon Le Classique des monts et des mers (Shanhaijing). Mais de façon plus spécifique encore, on peut voir BIG FISH & BEGONIA comme la réécriture cinématographique de la légende du Peng qui ouvre le Classique véritable de Nanhua (Zhuang Zi), livre taoïste par excellence.


Une poésie mise en musique 🎼

Parlons de la musique de BIG FISH & BEGONIA. Composée par Kiyoshi Yoshida, qui a notamment signé les musiques de LA TRAVERSÉE DU TEMPS et SHIGURUI, la bande originale de BIG FISH & BEGONIA achève de nous transporter dans le monde de ceux qu’on appelle les Autres. C’est là-bas que se passe la grande majorité du film. 

 

Le virtuose de Yoshida réside dans sa capacité à trouver la justesse propre à chaque scène. Il réussit à transmettre une émotion musicale à absolument chaque instant. Selon moi, ses musiques Birth et Chun’s dream sont les musiques phares de BIG FISH & BEGONIA. Elles sont celles qui sont les plus à même de faire passer la philosophie du film : elles traduisent la poésie, la vie, notre rapport à la Nature.


Une intrigue des plus tragiques 🎭

BIG FISH & BEGONIA fonctionne par paires indissociables : la vie et la mort, l’amour et le sacrifice, la nature et les dieux, la spiritualité et la rêverie. Des thèmes qu’on retrouve dans toutes les civilisations, à toutes les époques, dans tous les Arts. Des thèmes donc, qui ne sont pas originaux à proprement parler. 

 

C’est davantage les personnages qui font du long-métrage une perle dans son genre. On suit l'histoire d’une adolescente prénommée Chun. Celle-ci possède des pouvoirs magiques liés aux bégonias. Elle vit dans un monde où le ciel est lié à nos océans terriens, et où tous ceux qui peuplent ce monde possèdent ce genre de pouvoirs. Ces derniers ne sont des humains, ni des dieux, mais des Autres. 

 

À ses seize ans, Chun est envoyée dans le monde des humains sous la forme d'un dauphin afin d'accomplir son rituel de passage de future gardienne. Mais tout ne passe pas comme prévu une fois là-bas. Et alors, Kun, un humain, lui sauve la vie, mais perd la sienne en contrepartie. 

 

Alors Chun, avec l'aide de son ami Qiu, essaie de ranimer l'esprit de Kun qui est devenu un poisson. Elle doit le protéger et le faire grandir afin qu’il puisse un jour retourner parmi les siens. Mais c’était sans compter sur la colère des dieux...


En ce qui me concerne, BIG FISH & BEGONIA a été une belle trouvaille. Il faut dire que j’y ai découvert une philosophie de vie, que j'y ai vu des images renversantes au service d’une intrigue bouleversante, toutes deux liées par une musique puissante. 

Vous l’avez bien compris : je ne peux que vous recommander de vous immerger au mieux dans ce film d’animation que je trouve très réussi !


Note de la rédaction : 4/5


TITRE ORIGINAL  : 大鱼海棠

GENRE : Aventure, fantastique, surnaturel, romance  

TECHNIQUE : Animation

DURÉE : 105 minutes (1h45)

NATIONALITÉ : Chine

DATE DE SORTIE FR : 12 juin 2017 

 

RÉALISATION ET SCÉNARIO : Liang XUAN, Chun ZHANG

AVEC Guan Lin Ji, Shangqing Su, Timmy Xu

PRODUCTION : Beijing Enlight Media

DISTRIBUTEUR FR : Netflix

© BI AN TIAN (Beijing) CULTURE CO., LTD., BEIJING ENLIGHT PICTURES CO., LTD., HORGOS COLOROOM PICTURES CO., LTD.


Écrire commentaire

Commentaires: 0