· 

[Critique] Nous, les Chiens (Oh Sung-Yoon, Lee Choon-Baek)

Par Leiline et Jojo Tout Cour | Correction par Leiline et Nao | Mise en page par Jojo Tout Cour

© 2018 NEXT ENTERTAINMENT & ODOLTOGI Tous droits réservés
© 2018 NEXT ENTERTAINMENT & ODOLTOGI Tous droits réservés

Le chien est le meilleur ami de l'homme. Affectueux, fidèle… mais lorsqu'il vieillit ou se comporte mal, il est abandonné comme un mouchoir souillé. Et lorsqu'il se retrouve seul face à la nature, son instinct animal reprend le dessus. L'esprit de meute également. Solidaire, déterminée, notre petite bande de chiens errants va peu à peu réapprendre à se débrouiller seule. Et découvrir la liberté.


Présenté au Festival International du Film d’Animation d’Annecy en compétition officielle en 2019, NOUS, LES CHIENS de Oh SUNG-YOON et Lee CHOON-BAEK est aujourd’hui diffusé dans nos salles obscures. Drôle, émouvant, et aux personnages mignons et attachants, ce long-métrage de Oh SUNG-YOON et Lee CHOON-BAEK nous emmène dans une épopée canine qui ne vous laissera pas indifférent.


NOUS, LES CHIENS À LA QUÊTE DU BONHEUR 🐕

Le titre original du film est UNDERDOG, terme anglais qui désigne le plus faible dans une compétition, et plus largement celui qui est considéré comme un marginal au sein d’une société. Qu’il ait été traduit en français par NOUS, LES CHIENS peut sembler réducteur de prime abord. Pourtant, l’emploi du pronom “nous” est fondamental étant donné qu’il évoque l’idée de la solidarité, et par là de la pluralité et du partage. Ce sont là des valeurs universelles qui régissent le film, puisqu’il y est question d’un groupe de chiens tous aussi différents les uns que les autres qui s’unissent dans l’adversité pour franchir tous ensemble les obstacles qui se dressent entre eux et leur idéal, à savoir un endroit où ils pourraient vivre paisiblement loin des hommes. Est-ce qu’on peut leur en vouloir ? Il faut dire que les parcours des chiens qui font partie du groupe que nous suivons tout du long ont beau ne pas être similaires, ils convergent tous en un seul et même point : l’abandon. 

 

Par-là, NOUS, LES CHIENS est à double tranchant si je puis dire. D’une part, il y est question du grand thème de la liberté, du retour à l’état de nature, de la quête d’un bonheur où ils ne se suffiraient qu’à eux-mêmes. D’autre part, NOUS, LES CHIENS s’érige en critique de nos sociétés contemporaines vis-à-vis des droits des animaux, que certains voient comme une vulgaire marchandise, tandis que d’autres vont traiter comme des membres de leur famille, du moins, à titre temporaire. 

MI-2D, MI-3D, une esthétique unique 🖌

Ce qui fait la grande originalité de NOUS, LES CHIENS c’est notamment son aspect graphique particulier. En effet NOUS, LES CHIENS se présente ici comme un film aux décors 2D et aux personnages 3D. Un choix assez audacieux qui offre une particularité non négligeable au long-métrage. Cela risque d’en refroidir, voir perturber certains, inhabitués par des long-métrages avec une esthétique particulière comme celui-ci… Il est vrai, on prend quelques minutes à s’habituer à ce choix artistique, mais on s’y habitue, on se rend compte que NOUS, LES CHIENS est un long-métrage qui n’a rien à envier aux grosses productions actuelles, que ce soit dans le fond comme dans la forme. 

 

Seul point légèrement regrettable, c’est la timidité de la mise en scène dans sa globalité, qui est assez stoïque. Mais cela est assez vite pardonné via la qualité des plans et de certaines scènes qui sont de véritables peintures traditionnelles coréennes. Et puis, malgré que le film sort difficilement d’une certaine zone de confort narrative, NOUS, LES CHIENS met littéralement le paquet en nous offrant des plans mémorables en profitant au maximum du choix mi-2D / mi-3D : une mention toute spéciale à ce sublime plan en fin de film, où Moong-ji survole le grillage pour accéder à la zone démilitarisée. Comment a-t-on pu en arriver là ? On vous laisse découvrir cela !

 

Côté sonore, à part la chanson ”My dogs Earth and Moon and I” composée par Lee Seung-hwan tout spécialement pour le film, rien ne reste en tête après le visionnage. Toutefois, la BO composée par Lee Ji-soo n’est pas dans le spectaculaire, mais davantage dans la justesse. À titre d’exemple, interprétées par des membres de l’orchestre tchèque, les musiques qui accompagnent les scènes où les chiens sont en difficulté tiennent le spectateur en haleine comme il le faut. 

On sent une certaine profondeur et une réflexion particulière, notamment au niveau des bruitages et du sound-design. En bref, la BO de NOUS, LES CHIENS a beau se vivre dans l’instant présent, elle nous permet de nous plonger dans cette odyssée canine, qu’on soit petit ou grand. 

DES PERSONNAGES AU POIL 🐾

Au niveau des personnages, NOUS, LES CHIENS nous offre une variété de personnages hauts en couleurs. Bien qu’assez simple dans son ensemble, le film arrive quand même à sortir du lot grâce à la mentalité et aux backgrounds de certains personnages clés, comme Ba-mi, Moong-ji ou encore Gaeko.

 

On regrette cependant que certains des personnages ne soient pas assez mis en avant et à leur juste valeur. Un soucis récurrent pour tout film avec de nombreux personnages. Même si la back-story est très brève et facilement compréhensible pour la plupart des personnages, (on pense notamment à Gaeko ou encore à Jjang-a, où on comprend immédiatement, au détour de quelques répliques, leur background grosso modo), ce n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde.

 

Cependant, NOUS, LES CHIENS est un film qui fait évoluer ses personnages au fil du récit. Parmi nos personnages canins, certains parviennent finalement à ne pas mettre tous les humains dans le même sac, à leur pardonner là où d’autres apprennent à vivre par leur propres moyens en totale indépendance, à dépasser leurs traumatismes, ou encore à s’ouvrir à autrui. Vivre l’instant présent sans ressasser ni quand même oublier le passé.


Si la mission des réalisateurs était de nous toucher, ils ont réussi leur pari. Le film est émouvant, chose qui est permise par le procédé d’anthropomorphisme (fait d’attribuer aux animaux des sentiments humains) sur lequel il repose entièrement. Ce film se veut aussi une critique de la société puisqu’il vise à sensibiliser ses spectateurs vis-à-vis des droits des animaux. Esthétiquement unique, avec son double message, il nous fait passer par des émotions fortes ; de la joie à la tristesse, en passant par le rire et la colère. Quoique, NOUS, LES CHIENS souffre irrémédiablement d’une timidité narrative qui l’empêche de creuser plus loin dans son message et sur l’histoire de ses héros, on est certain que ce long-métrage plaira aussi bien aux petits comme aux grands. Face à des autres productions gros budget,  ce film n’a absolument pas à rougir de sa réalisation qui en vaut le détour. NOUS, LES CHIENS fait parti de ces douceurs cinématographiques que nous avons besoin d’aller voir en cette période de déconfinement.


note de la rédaction : 3/5


TITRE ORIGINAL  : Underdog

GENRE : Aventure

TECHNIQUE : Animation

DURÉE : 101 minutes (1h42)

NATIONALITÉ : Corée du Sud

DATE DE SORTIE FR : 22 juin 2020 

 

RÉALISATION ET SCÉNARIO : Oh SUNG-YOON, Lee CHOON-BAEK

AVEC : D.O., Park So-dam, Park Chul-min, Lee Joon-hyuk

PRODUCTION : ODOLTOGI

DISTRIBUTEUR FR :  Les Bookmakers / The Jokers Films

© 2018 NEXT ENTERTAINMENT & ODOLTOGI Tous droits réservés 


Écrire commentaire

Commentaires: 0